La bioéthique

0

Pour l’égoïste, par conséquent, l’adage « Aimez votre prochain comme sur votre propre » (comme, dites au revoir ou moins) s’applique, tandis que l’utilitaire se préparera à sacrifier (aussi extrême) pour la communauté.

L’éthique déontologique, d’autre part, tient compte de l’existence de restrictions et aussi de valeurs éthiques pures et simples, c’est-à-dire qu’elles n’autorisent aucune forme d’exception pour quelque facteur que ce soit. Dans cette ligne, Kant a affirmé que l’attribut des détails de l’impératif éthique est sa catégorique: il ne faut jamais mentir, ni aller à l’encontre d’une promesse.

Le théoricien

De la même manière, le catholicisme prévoit des actes intrinsèquement mauvais, tels que l’avortement, le contrôle des naissances, l’homosexualité, dont la restriction pure et simple est semper et pro semper (constamment et aussi en permanence).

Le théoricien Sidgwick a néanmoins révélé que, parfois, les interdictions de principes déontologiques qui semblent carrément confesser des exceptions dans des situations graves, quand une valeur supplémentaire plus forte est remise en question

(pensez à l’affrontement entre la restriction du meurtre ainsi que la protection réelle ou, dans un cas beaucoup plus grave, à l’interdiction de l’inceste dans une situation de cessation de l’humanité avec deux seulement le faire à travers les frères et sœurs).

Dans ce cas, nous mentionnons les restrictions prima facie, c’est-à-dire carrément prima facie. L’éthique déontologique avec seulement des fonctions est beaucoup plus polyvalente et ressemble à une éthique conséquente plus grande qu’il n’y paraît : le calcul des effets est exclu juste, mais il ne peut pas être ignoré non plus.

Le théoricienBioéthique La discipline qui étudie la question des choix éthiques en matière de vie organique inquiétante – y compris toutes les questions que nous avons laissées ouvertes au cours de ce court article – s’appelle bioéthique.

La bioéthique entend en outre élargir le domaine de réflexion : il n’y a plus de choix entre une morale déontologique et une morale conséquentialiste, mais entre les principes du sacré de la vie (la méthode déontologique avec restrictions/valeurs absolues) et aussi les principes du mode de vie (mélange entre l’approche déontologique avec les interdictions/semblants et aussi les deux approches conséquentialistes).

L’éthique du caractère santé

L’éthique du caractère sacré de la vie, professée principalement par les érudits spirituels (en particulier les catholiques) pense à la vie humaine un bien pur, simple, intouchable et aussi inattaquable, à défendre sans condition.

Selon cette vision, la vie humaine, en tant que plus grand don de Dieu à l’homme, est au-dessus de la volonté des individus et aussi toute intervention sur elle revient à aller à l’encontre du caractère sacré, en particulier, de ce présent. La tâche des professionnels de la est, pour cette raison, uniquement d’intervenir en cas de problème de santé, de récupérer

l’ordre naturel (volonté de Dieu): avortement, clonage, mise à mort par miséricorde, tests sur des embryons, fécondation fabriquée ne sont donc pas autorisés. Pour les principes du caractère sacré de la vie, la bioéthique doit être comprise comme une frontière éthique, ou comme une réflexion sur les limites à imposer à la recherche scientifique et à la technologie moderne.

L’éthique du mode de vie, cependant, ne décrit pas une valeur pure et simple est cependant basée sur la raison humaine, qui devrait comprendre ces normes d’énergie ou de qualité à décrire: chaque valeur éthique dépend de la volonté humaine et peut, par conséquent, permettre au moins une exception.

Selon cette vision, les normes éthiques sont constamment le fruit d’une société particulière et d’une époque historique, ainsi que sont efficaces et légitimes seulement lorsqu’elles garantissent un niveau de vie satisfaisant. Penser le mode de vie plutôt que le caractère sacré n’est pas égal, comme on le soutient habituellement et de plus en plus condamné par

l’éthique de la qualité santé

l’Église catholique à travers les encycliques des Papes, au relativisme moral dans lequel tout ce qui est subjectif : l’éthique du mode de vie suggère une exigence de rationalité qui, par définition, décrit une validation universelle de ses points de vue. En motivant le pluralisme moral,

l’éthique de la qualité de vie entend donc découvrir, de temps en temps, le remède le plus efficace possible. Ces deux visions provoquent des services opposés aux troubles bioéthiques, influençant fréquemment la promulgation de lois dans le domaine biomédical : en Italie, en

Espagne ou aux États-Unis, où l’Église catholique est vraiment importante, l’éthique du caractère sacré de la vie est beaucoup plus profondément ressentie que dans des pays plus laïques comme, par exemple, la Grande-Bretagne et aussi les pays scandinaves, où les valeurs de qualité de vie prévalent généralement.

l’éthique de la qualité santéPour conclure, la santé et le bien-être de l’individu ne peuvent être garantis que par un état sain et équilibré, qui ne peut être assuré que grâce à la contribution de résidents en bonne . Lorsque vous êtes confronté à une question morale (qu’il s’agisse de spécifier la liée au concept de santé et de bien-être, de développer la structure de pouvoir de

l’intervention dans le domaine biomédical ou de s’habituer à des sélections spécifiques), c’est pour cette raison suggéré d’essayer de justifier son opinion (quelle qu’elle soit) d’une manière essentielle, d’établir s’il existe des restrictions ou des valeurs absolues – ou des valeurs qui ne permettent pas, en aucune circonstance, des exemptions

– ainsi que, sur la base de cela, de réglementer. C’est ainsi que le développement éthique possible – de l’individu ainsi que, par conséquent, de la communauté – qui est une exigence d’uneet un état équilibré, pour cette raison idéal pour protéger le bien-être de son peuple..

Selon de nouvelles recherches menées en Finlande, les bruits à basse fréquence et inaudibles des parcs éoliens ne sont pas dangereux pour la santé et le bien-être humains. De nombreuses recherches ont actuellement mis fin que ces turbines ne causent aucune maladie, en plus de certaines douleurs et aussi des troubles du sommeil chez les personnes vivant à proximité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici